Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 18:23
7003_DET1_1.svg
1. Maçonnerie portante isolante
2. Barrière anticapillaire
3. Isolant acoustique
4. Membrane en film plastique
5. Cimentage ou membrane d'étanchéité à l'air
6. Membrane à joints soudés ou collés
7. Drainage de la coulisse du mur creux
8. Barrière anticapillaire éventuelle
9. Isolant thermique
10. Menuiserie
11. Profilé d'appui de la menuiserie
12. Bloc isolant
13. Seuil de fenêtre
7003_DET2_1.svg
1. Maçonnerie portante isolante
2. Barrière anticapillaire
3. Isolant acoustique
4. Membrane en film plastique
5. Cimentage ou membrane d'étanchéité à l'air
6. Membrane à joints soudés ou collés
7. Drainage de la coulisse du mur creux
8. Barrière anticapillaire éventuelle
9. Isolant thermique
10. Menuiserie
11. Profilé d'appui de la menuiserie
12. Bloc isolant
13. Seuil de fenêtre
 
La membrane d'étanchéité inférieure est collée (20) sur la dalle porteuse ou sur la dalle de fondation et se prolonge verticalement sur 100 à 150 mm le long de la fondation. Ses joints sont collés ou soudés; dans les angles intérieurs et extérieurs, on fait éventuellement usage de pièces préformées. Un produit d'étanchéité liquide peut être utilisé en lieu et place de la membrane. Pour prévenir toutes dégradations en cours de construction, la membrane doit être protégée au droit des baies de porte et de fenêtre.
La membrane horizontale du mur porteur doit être intégrée au niveau de la plinthe de la finition intérieure et ne peut être pontée par l'enduit intérieur.
 
Dans le mur, une membrane de drainage de la coulisse est disposée au-dessus du niveau du sol, afin d'évacuer les eaux d'infiltration éventuelles. Cette membrane peut être fixée entre deux couches d'isolant et ne doit pas nécessairement se prolonger jusqu'au mur porteur. Les panneaux d'isolation peuvent être découpés à angles droits ou, mieux, en biais afin de faciliter le drainage des eaux d'infiltration. Cette exécution exige toutefois d'apporter un soin particulier à la pose jointive des panneaux.
 
La membrane doit présenter un relevé suffisant pour ne pas être surmontée par des déchets emprisonnés dans la coulisse. Lorsque sa pente est dirigée vers l'extérieur (21), ses joints peuvent soit se chevaucher (sur 150 mm au moins), soit être collés ou soudés (auquel cas la membrane ne doit pas forcément être en pente). On peut éventuellement faire usage de préformés d'angle. Au-dessus de la membrane, il convient de prévoir des joints verticaux ouverts dans la maçonnerie de parement (un joint par mètre au moins). Ceux-ci devront restés parfaitement dégagés jusqu'au niveau de la membrane de drainage de la coulisse (le joint horizontal doit être interrompu) et ne pourront être obturés par le revêtement extérieur ou colmatés par les terres environnantes. La maçonnerie de parement est parfois munie d'une membrane supplémentaire au-dessus des joints verticaux ouverts. Cette mesure permet, d'une part, d'éviter un assombrissement prolongé des briques dû à des remontées capillaires et, d'autre part, de prévenir l'apparition d'efflorescences au pied de la façade.
 
Pour améliorer l'étanchéité à l'air dans l'angle entre la dalle porteuse et le mur porteur, il est possible de coller une membrane que l'on fait remonter le long du mur (après nettoyage et dépoussiérage du support et application éventuelle d'un primaire). La partie à enduire doit se situer derrière la plinthe.
On peut également appliquer un produit liquide (selon les instructions du fabricant) ou un cimentage adapté. Dans ce dernier cas, il faudra tenir compte d'une surépaisseur et prévoir une encoche derrière la plinthe au niveau de la barrière anticapillaire pour empêcher le contournement de la membrane. On peut aussi arrondir simplement l'angle (raccord dalle-mur) au moyen de mortier, ce qui suppose de combler les joints verticaux entre les briques ou les blocs.
 
L'incorporation ultérieure de canalisations dans le mur devra se faire en veillant à ne pas compromettre les performances de ce détail constructif. Pour prévenir tout problème d'humidité, les matériaux de charge utilisés dans les saignées pratiquées sous la membrane anticapillaire doivent être insensibles à l'humidité (mortier au ciment, pas de plâtre) et ne peuvent en aucun cas ponter la membrane anticapillaire. Enfin, pour atteindre une étanchéité à l'air suffisante en fin de chantier, il y a lieu de sceller les membranes au moyen d'accessoires adaptés et/ou de bandes autocollantes utilisées pour étanchéifier les percements. Les produits liquides seront appliqués de préférence après comblement des saignées. Les canalisations seront disposées, si possible, dans les murs intérieurs.
 
(20) Cette adhérence n'offrant pas toujours de résistance à la pression de l'eau, des mesures complémentaires telles qu'un drainage peuvent s'avérer nécessaires selon la réalisation du détail et les performances d'étanchéité à l'eau de la cave.
(21) Dans ce cas, les panneaux d'isolation doivent être découpés en biais.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : L'archi.blog du Cazals
  • : Le blog d'architecture du Cazals
  • Contact

Profil

  • Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals

.

L'archi.blog du Cazals>
accueil oeuvres  |  liste d'archi  |  style theorie  |  urbanisme  |   abonnement

Recherche