Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2019 4 10 /10 /octobre /2019 22:11

Voici la première gare (presque) terminée du supermétro

Le gros œuvre de la gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart, sur la ligne 15 du Grand Paris Express, est achevé. Cette cathédrale souterraine en béton, à 30 m de fond, est la plus avancée des 68 gares du futur réseau.

 
Clamart, le 9 octobre. Le gros oeuvre de la future gare de Fort d'Issy - Vanves - Clamart sur la ligne 15  est terminé. 2 tunneliers vont arriver ici. Clamart, le 9 octobre. Le gros oeuvre de la future gare de Fort d'Issy - Vanves - Clamart sur la ligne 15 est terminé. 2 tunneliers vont arriver ici. LP/Jean-Gabriel Bontinck.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Par Jean-Gabriel Bontinck
Le 11 octobre 2019 à 18h54
 
 
 

Les voyageurs qui empruntent la ligne N, entre Versailles et Paris, ne s'imaginent sans doute pas que, en passant à la gare de Clamart, ils ont sous leurs pieds une réalisation aujourd'hui exceptionnelle : la toute première gare du futur métro de la région parisienne.

La gare de Fort d'Issy-Vanves-Clamart, que nous avons pu visiter, est en effet terminée… du moins pour le gros œuvre. C'est-à-dire les murs, les sols et les plafonds en béton de cette gigantesque cathédrale souterraine, une « boîte » énorme de 110 m de long et 26 m de large, sur 4 niveaux, à 30 m de profondeur.

 

Trois ans de travaux

« C'est la première des 68 gares du réseau dont le génie civil est terminé », indique Bernard Cathelain, membre du directoire de la Société du Grand Paris (SGP). Il ne faut toutefois pas s'attendre à y voir passer des métros automatiques avant 2025, le temps que l'ensemble des 33 km de tunnels et que les 16 gares de cette ligne 15 sud soient construits, entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs.

 

Clamart, le 9 octobre. La "boîte gare" est terminée: 4 niveaux, à 30 m de profondeur. 2 tunneliers vont arriver ici. LP/Jean-Gabriel Bontinck.Clamart, le 9 octobre. La "boîte gare" est terminée: 4 niveaux, à 30 m de profondeur. 2 tunneliers vont arriver ici. LP/Jean-Gabriel Bontinck.  

Ici, à Fort d'Issy-Vanves-Clamart, il avait fallu prendre de l'avance : les travaux ont commencé il y a trois ans. C'était à l'époque le premier chantier du Grand Paris Express, à l'intersection de 4 communes (Issy, Vanves, Clamart et Malakoff). « C'est dû à l'une des spécificités de cette gare : elle est construite sous les voies de chemin de fer, pour faciliter la correspondance avec la ligne N. Pour cela, il a fallu interrompre la circulation des trains pendant 4 jours. Une telle période de coupure se prévoit 3 ans à l'avance », explique Gualtiero Zamuner, chef de projet pour la SGP sur le secteur de cette gare.

 

Clamart, le 9 octobre. Future gare de Fort d’Issy Vanves Clamart sur la ligne 15 Sud. Les trains de la ligne N passent juste au-dessus. (LP/Jean-Gabriel Bontinck.)Clamart, le 9 octobre. Future gare de Fort d’Issy Vanves Clamart sur la ligne 15 Sud. Les trains de la ligne N passent juste au-dessus. (LP/Jean-Gabriel Bontinck.)  

Une dalle plus lourde que la tour Eiffel

Le « ripage » sous les voies de la dalle gigantesque de 7000 t — plus lourde que la tour Eiffel!— a eu lieu lors du pont du 15 août 2017. Depuis, les entreprises menées par Bouygues ont coulé les murs de béton de la gare jusqu'à 30 mètres de fond (c'est la technique des « parois moulées »), puis ont creusé petit à petit cette « boîte » pour la vider, tout en construisant les dalles horizontales correspondant aux différents niveaux de la gare.

Ce qui fait qu'aujourd'hui, sous les voies de chemin de fer, on peut descendre via un escalier de chantier dans un immense édifice, certes en béton brut, mais qui commence à ressembler à ce que sera la future station. « Ici, c'est le niveau des correspondances, le N-1, explique Gualtiero Zamuner, notre guide chef de gare. C'est la rue principale de la gare. » On y voit d'ailleurs le large couloir de correspondance déboucher, via un escalier, directement sur les quais de la ligne N !

 

Clamart, le 9 octobre. Le couloir de correspondance avec la ligne N. (LP/Jean-Gabriel Bontinck.)Clamart, le 9 octobre. Le couloir de correspondance avec la ligne N. (LP/Jean-Gabriel Bontinck.)  

Les voyageurs de 2025 pourront aussi prendre les ascenseurs ou escaliers mécaniques pour descendre progressivement, via deux étages intermédiaires, jusqu'au niveau des quais. Nous avons pu descendre tout en bas, là où passeront bientôt les métros. A 30 mètres de fond, il faut encore couler les quais, surélevés de 2 mètres par rapport aux futures voies.

 

Clamart, le 9 octobre. Future gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart sur la ligne 15 Sud. On devine où seront les escaliers mécaniques. (LP/J.-G.Bontinck.)Clamart, le 9 octobre. Future gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart sur la ligne 15 Sud. On devine où seront les escaliers mécaniques. (LP/J.-G.Bontinck.)  

Deux tunneliers vont arriver ici

Ce chantier impressionnant, nous avons pu en profiter à la lumière du jour, ou presque. La gare sera en théorie entièrement recouverte, mais, actuellement, les deux extrémités restent à l'air libre, les parois verticales étant maintenues entre elles par des poutres métalliques. Il faut en effet garder cet espace libre pour évacuer, dans quelques semaines, d es engins immenses qui vont déboucher ici : les tunneliers.

 
 

« C'est une autre particularité de la gare : deux tunneliers vont déboucher ici. L'un, en provenance de Bagneux à l'est, arrivera en 2020, et l'autre, depuis Boulogne à l'ouest, en 2021 », poursuit Gualtiero Zamuner. Il faut garder de l'espace pour sortir pièce par pièce ces usines souterraines de 100 m de long et 10 m de diamètre, qui creusent tout en assemblant un tunnel derrière elle.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 22:15

Transformation de la gare du Nord : tout se jouait jeudi dernier pour l’extension commerciale

Ce jeudi sera décisif pour le futur visage de la gare du Nord (Xe). La Commission nationale d’aménagement commercial doit se prononcer sur la surface donnée aux boutiques, controversée.

 
La partie banlieue de la gare du Nord doit être rehaussée et dotée d’une nouvelle verrière. La partie banlieue de la gare du Nord doit être rehaussée et dotée d’une nouvelle verrière.  Architecte Valode and Pistre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Par Jean-Gabriel Bontinck
Le 8 octobre 2019 à 18h31, modifié le 8 octobre 2019 à 20h34
 
 
 

Le projet avait été présenté en grande pompe en juillet 2018. A l'époque, en présence de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, la SNCF et Auchan signaient la création d'une société commune chargée de transformer profondément la gare du Nord (Xe). L'ambition : doubler la surface des espaces voyageurs et tripler la surface commerciale de la première gare d'Europe, à l'image peu flatteuse, pour en faire un fleuron des JO 2024.

Plus d'un an après, le torchon brûle entre la Ville et les promoteurs du projet. Le centre commercial, qui doit être validé ou non par une commission ce jeudi, est en suspens. Voici les éléments du dossier.

 

 

Dissensions sur les temps de parcours des voyageurs

Pour les 700 000 voyageurs quotidiens, les premiers concernés, cette transformation prévoit avant tout un nouvel accès aux trains grandes lignes, TER et Intercités. Il faudra, en 2024, entrer par la partie Est, la gare de banlieue, puis monter à l'étage pour ensuite descendre via des passerelles sur les quais.

La grande façade historique, elle, sera réservée aux sorties. Le projet prévoit de doubler les liaisons verticales (ascenseurs et escaliers mécaniques) depuis les sous-sols des métros et RER. « Le temps de parcours sera raccourci pour 90 % des voyageurs », assurent les défenseurs du projet. Ce que conteste la principale association d'usagers, la FNAUT, déplorant des renseignements « particulièrement insuffisants » sur ce projet.

Les surfaces de vente passeraient de 6000 à 18 000 m2

La principale nouveauté dans l'infrastructure, c'est le rehaussement sur trois niveaux de la partie Est de la gare. C'est là que prendront place les nouveaux commerces (les surfaces de vente passeront de 6000 m2 à 18 000 m2) : boutiques, cafés et restaurants, mais aussi services comme halte-garderie, cabinet médical, laboratoire, espace de coworking et même bibliothèque.

Sur le toit-terrasse, 11 000 m2 d'espaces verts, 125 arbres et un club de sport, avec piste de trail d'1 km ! Les espaces d'accueil et d'attente seront doublés.

 

11 000 m2 d’espaces verts sont prévus sur le toit-terrasse. Architecte Valode et Pistre11 000 m2 d’espaces verts sont prévus sur le toit-terrasse. Architecte Valode et Pistre  

Ce projet est porté par la filiale immobilière d'Auchan, Ceetrus (à 66 %) et par la SNCF (34 %). Ils ont fondé une société, StatioNord, chargée de la construction, d'un coût de 600 millions d'euros. Ceetrus avancera les fonds, et, en échange, exploitera pour 46 ans la partie commerciale de la gare du Nord, qui reste propriété de la SNCF.

Depuis la rentrée de septembre, la contestation monte

A l'issue d'une concertation publique au printemps, puis d'un vote favorable au Conseil de Paris en juillet, le dossier semblait sur de bons rails. Mais début septembre, une vingtaine d'architectes, dont Jean Nouvel et Roland Castro, ont lancé dans « Le Monde » la controverse sur ce projet jugé « inacceptable » et « pharaonique ».

Puis c'est au tour de la Ville, via l'adjoint à l'urbanisme Jean-Louis Missika et la maire du Xe Alexandra Cordebard, de sortir le canon : « Il faut revoir la copie […] La mairie ne sera pas aux côtés de la SNCF pour défendre le projet commercial ». Le tout après un avis défavorable de la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC), qui suspend le permis de construire.

L'Etat parie sur une validation du projet ce jeudi

StatioNord a fait appel de la décision de la CDAC devant la Commission nationale (CNAC). Celle-ci doit se réunir ce jeudi pour statuer. Et relancer la transformation de la gare du Nord. Valérie Pécresse, présidente de région, Guillaume Pepy, toujours PDG de la SNCF, et le secrétaire d'Etat aux transports Jean-Baptiste Djebbari sont tous montés au créneau pour défendre le dossier.

Et StatioNord assure, sondage à l'appui, que 58 % des personnes interrogées connaissent le projet, et que 79 % d'entre eux le soutiennent. « Ce sujet ne doit pas être la variable d'ajustement de politiques électorales à l'approche des municipales », a estimé le secrétaire d'Etat, qui parie sur une validation ce jeudi par la CNAC. Dans ce cas, les travaux pourraient commencer l'année prochaine.

Partager cet article

Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 11:03

 

La construction d’un gare type du Grand Pars Express

 

 

 

 

 

 

 

La construction (réalisée) des parois étanches d’une gare ici Les ardoines

 

La construction des tunnels

 

Le premier tunnelier (réalisé) du grand Paris Express

 

La préfabrication des voussoirs de tunnels

 

Le comblement des carrières

Partager cet article

Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 11:30

La future gare Fort d'Issy-Vanves-Clamart (envisagée)

 

 

 

 

La construction de la gare Fort d'Issy-Vanves-Clamart (envisagée)

 

 

Le ripage du toit (réalisé)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : L'archi.blog du Cazals
  • : Le blog d'architecture du Cazals
  • Contact

Profil

  • Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals

.

L'archi.blog du Cazals>
accueil oeuvres  |  liste d'archi  |  style theorie  |  urbanisme  |   abonnement

Recherche