Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:40

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 21:40

The computer simulation of evolutionary processes is already a well established technique for the study of biological dynamics. One can unleash within a digital environment a population of virtual plants or animals and keep track of the way in which these creatures change as they mate and pass their virtual genetic materials to their offspring. The hard work goes into defining the relation between the virtual genes and the virtual bodily traits that they generate, everything else –keeping track of who mated with whom, assigning fitness values to each new form, determining how a gene spreads through a population over many generations– is a task performed automatically by certain computer programs collectively known as “genetic algorithms”. The study of the formal and functional properties of this type of software has now become a field in itself, quite separate from the applications in biological research which these simulations may have. In this essay I will deal neither with the computer science aspects of genetic algorithms (as a special case of “search algorithms”) nor with their use in biology, but focus instead on the applications which these techniques may have as aids in artistic design.

In a sense evolutionary simulations replace design, since artists can use this software to breed new forms rather than specifically design them. This is basically correct but, as I argue below, there is a part of the process in which deliberate design is still a crucial component. Although the software itself is relatively well known and easily available, so that users may get the impression that breeding new forms has become a matter of routine, the space of possible designs that the algorithm searches needs to be sufficiently rich for the evolutionary results to be truly surprising. As an aid in design these techniques would be quite useless if the designer could easily foresee what forms will be bred. Only if virtual evolution can be used to explore a space rich enough so that all the possibilities cannot be considered in advance by the designer, only if what results shocks or at least surprises, can genetic algorithms be considered useful visualization tools. And in the task of designing rich search spaces certain philosophical ideas, which may be traced to the work of Gilles Deleuze, play a very important role. I will argue that the productive use of genetic algorithms implies the deployment of three forms of philosophical thinking (populational, intensive, and topological thinking) which were not invented by Deleuze but which he has brought together for the first time and made the basis for a brand new conception of the genesis of form.

To be able to apply the genetic algorithm at all, a particular field of art needs to first solve the problem of how to represent the final product (a painting, a song, a building) in terms of the process that generated it, and then, how to represent this process itself as a well-defined sequence of operations. It is this sequence, or rather, the computer code that specifies it, that becomes the “genetic material” of the painting, song, or building in question. In the case of architects using computer-aided design (CAD) this problem becomes greatly simplified given that a CAD model of an architectural structure is already given by a series of operations. A round column, for example, is produced by a series such as this: 1) draw a line defining the profile of the column; 2) rotate this line to yield a surface of revolution; 3) perform a few “Boolean subtractions” to carve out some detail in the body of the column. Some software packages store this sequence and may even make available the actual computer code corresponding to it, so that this code now becomes the “virtual DNA” of the column. (A similar procedure is followed to create each of the other structural and ornamental elements of a building.)

At this point we need to bring one of the philosophical resources I mentioned earlier to understand what happens next: population thinking. This style of reasoning was created in the 1930’s by the biologists who brought together Darwin’s and Mendel’s theories and synthesized the modern version of evolutionary theory. In a nut shell what characterizes this style may be phrased as “never think in terms of Adam and Eve but always in terms of larger reproductive communities”. More technically, the idea is that despite the fact that at any one time an evolved form is realized in individual organisms, the population not the individual is the matrix for the production of form. A given animal or plant architecture evolves slowly as genes propagate in a population, at different rates and at different times, so that the new form is slowly synthesized within the larger reproductive community. (1) The lesson for computer design is simply that once the relationship between the virtual genes and the virtual bodily traits of a CAD building has been worked out, as I just described, an entire population of such buildings needs to be unleashed within the computer, not just a couple of them. The architect must add to the CAD sequence of operations points at which spontaneous mutations may occur (in the column example: the relative proportions of the initial line; the center of rotation; the shape with which the Boolean subtraction is performed) and then let these mutant instructions propagate and interact in a collectivity over many generations.

To population thinking Deleuze adds another cognitive style which in its present form is derived from thermodynamics, but which as he realizes has roots as far back as late medieval philosophy: intensive thinking. The modern definition of an intensive quantity is given by contrast with its opposite, an extensive quantity. The latter refers to the magnitudes with which architects are most familiar with, lengths, areas, volumes. These are defined as magnitudes which can be spatially subdivided: if one takes a volume of water, for example, and divides it in two halves, one ends up with two half volumes. The term “intensive” on the other hand, refers to quantities like temperature, pressure or speed, which cannot be so subdivided: if one divides in two halves a volume of water at ninety degrees of temperature one does not end up with two half volumes at forty five degrees of temperature, but with two halves at the original ninety degrees. Although for Deleuze this lack of divisibility is important, he also stresses another feature of intensive quantities: a difference of intensity spontaneously tends to cancel itself out and in the process, it drives fluxes of matter and energy. In other words, differences of intensity are productive differences since they drive processes in which the diversity of actual forms is produced. (2) For example, the process of embryogenesis, which produces a human body out of a fertilized egg, is a process driven by differences of intensity (differences of chemical concentration, of density, of surface tension).

What does this mean for the architect? That unless one brings into a CAD model the intensive elements of structural engineering, basically, distributions of stress, a virtual building will not evolve as a building. In other words, if the column I described above is not linked to the rest of the building as a load-bearing element, by the third or fourth generation this column may be placed in such a way that it cannot perform its function of carrying loads in compression anymore. The only way of making sure that structural elements do not lose their function, and hence that the overall building does not lose viability as a stable structure, is to somehow represent the distribution of stresses, as well as what type of concentrations of stress endanger a structure’s integrity, as part of the process which translates virtual genes into bodies. In the case of real organisms, if a developing embryo becomes structurally unviable it won’t even get to reproductive age to be sorted out by natural selection. It gets selected out prior to that. A similar process would have to be simulated in the computer to make sure that the products of virtual evolution are viable in terms of structural engineering prior to being selected by the designer in terms of their “aesthetic fitness”.

Now, let’s assume that these requirements have indeed been met, perhaps by an architect-hacker who takes existing software (a CAD package and a structural engineering package) and writes some code to bring the two together. If he or she now sets out to use virtual evolution as a design tool the fact that the only role left for a human is to be the judge of aesthetic fitness in every generation (that is, to let die buildings that do not look esthetically promising and let mate those that do) may be disappointing. The role of design has now been transformed into (some would say degraded down to) the equivalent of a prize-dog or a race-horse breeder. There clearly is an aesthetic component in the latter two activities, one is in a way, “sculpting” dogs or horses, but hardly the kind of creativity that one identifies with the development of a personal artistic style. Although today slogans about the “death of the author” and attitudes against the “romantic view of the genius” are in vogue, I expect this to be fad and questions of personal style to return to the spotlight. Will these future authors be satisfied with the role of breeders of virtual forms? Not that the process so far is routine in any sense. After all, the original CAD model must be endowed with mutation points at just the right places (an this involves design decisions) and much creativity will need to be exercised to link ornamental and structural elements in just the right way. But still this seems a far cry from a design process where one can develop a unique style.

There is, however, another part of the process where stylistic questions are still crucial, although in a different sense than in ordinary design. Explaining this involves bringing in the third element in Deleuze’s philosophy of the genesis of form: topological thinking. One way to introduce this other style of thinking is by contrasting the results which artists have so far obtained with the genetic algorithm and those achieved by biological evolution. When one looks at current artistic results the most striking fact is that, once a few interesting forms have been generated, the evolutionary process seems to run out of possibilities. New forms do continue to emerge but they seem too close to the original ones, as if the space of possible designs which the process explores had been exhausted. (3) This is in sharp contrast with the incredible combinatorial productivity of natural forms, like the thousands of original architectural “designs” exhibited by vertebrate or insect bodies. Although biologists do not have a full explanation of this fact, one possible way of approaching the question is through the notion of a “body plan”.

As vertebrates, the architecture of our bodies (which combines bones bearing loads in compression and muscles bearing then in tension) makes us part of the phylum “chordata”. The term “phylum” refers to a branch in the evolutionary tree (the first bifurcation after animal and plant “kingdoms”) but it also carries the idea of a shared body-plan, a kind of “abstract vertebrate” which, if folded and curled in particular sequences during embryogenesis, yields an elephant, twisted and stretched in another sequence yields a giraffe, and in yet other sequences of intensive operations yields snakes, eagles, sharks and humans. To put this differently, there are “abstract vertebrate” design elements, such as the tetrapod limb, which may be realized in structures as different as as the single digit limb of a horse, the wing of a bird, or the hand with opposing thumb of a human. Given that the proportions of each of these limbs, as well as the number and shape of digits, is variable, their common body plan cannot include any of these details. In other words, while the form of the final product (an actual horse, bird or human) does have specific lengths, areas and volumes, the body-plan cannot possibly be defined in these terms but must be abstract enough to be compatible with a myriad combination of these extensive quantities. Deleuze uses the term “abstract diagram” (or “virtual multiplicity”) to refer to entities like the vertebrate body plan, but his concept also includes the “body plans” of non-organic entities like clouds or mountains. (4)

What kind of theoretical resources do we need to think about these abstract diagrams?. In mathematics the kind of spaces in which terms like “length” or “area” are fundamental notions are called “metric spaces”, the familiar Euclidean geometry being one example of this class. (Non-Euclidean geometries, using curved instead of flat spaces, are also metric). On the other hand, there are geometries where these notions are not basic, since these geometries possess operations which do not preserve lengths or areas unchanged. Architects are familiar with at least one of these geometries, projective geometry (as in perspective projections). In this case the operation “to project” may lengthen or shrink lengths and areas so these cannot be basic notions. In turn, those properties which do remain fixed under projections may not be preserved under yet other forms of geometry, such as differential geometry or topology. The operations allowed in the latter, such as stretching without tearing, and folding without gluing, preserve only a set of very abstract properties invariant. These topological invariants (such as the dimensionality of a space, or its connectivity) are precisely the elements we need to think about body plans (or more generally, abstract diagrams.) It is clear that the kind of spatial structure defining a body plan cannot be metric since embryological operations can produce a large variety of finished bodies, each with a different metric structure. Therefore body plans must be topological.

To return to the genetic algorithm, if evolved architectural structures are to enjoy the same degree of combinatorial productivity as biological ones they must also begin with an adequate diagram, an “abstract building” corresponding to the “abstract vertebrate”. And it is a this point that design goes beyond mere breeding, with different artists designing different topological diagrams bearing their signature. The design process, however, will be quite different from the traditional one which operates within metric spaces. It is indeed too early to say just what kind of design methodologies will be necessary when one cannot use fixed lengths or even fixed proportions as aesthetic elements and must instead rely on pure connectivities (and other topological invariants). But what it is clear is that without this the space of possibilities which virtual evolution blindly searches will be too impoverished to be of any use. Thus, architects wishing to use this new tool must not only become hackers (so that they can create the code needed to bring extensive and intensive aspects together) but also be able “to hack” biology, thermodynamics, mathematics, and other areas of science to tap into the necessary resources. As fascinating as the idea of breeding buildings inside a computer may be, it is clear that mere digital technology without populational, intensive and topological thinking will never be enough.

REFERENCES:

(1) “First....the forms do not preexist the population, they are more like statistical results. The more a population assumes divergent forms, the more its multiplicity divides into multiplicities of a different nature....the more efficiently it distributes itself in the milieu, or divides up the milieu....Second, simultaneously and under the same conditions....degrees are no longer measured in terms of increasing perfection....but in terms of differential relations and coefficients such as selection pressure, catalytic action, speed of propagation, rate of growth, evolution, mutation....Darwinism’s two fundamental contributions move in the direction of a science of multiplicities: the substitution of populations for types, and the substitution of rates or differential relations for degrees.”

Gilles Deleuze and Felix Guattari. A Thousand Plateaus. (University of Minnesota Press, Minneapolis, 1987). Page 48.

(2) “Difference is not diversity. Diversity is given, but difference is that by which the given is given...Difference is not phenomenon but the nuomenon closest to the phenomenon...Every phenomenon refers to an inequality by which it is conditioned...Everything which happens and everything which appears is correlated with orders of differences: differences of level, temperature, pressure, tension, potential, difference of intensity”.

Gilles Deleuze. Difference and Repetition. (Columbia University Press, New York, 1994). Page 222.

(3) See for example:

Stephen Todd and William Latham. Evolutionary Art and Computers. (Academic Press, New York, 1992).

(4) “An abstract machine in itself is not physical or corporeal, any more than it is semiotic; it is diagrammatic (it knows nothing of the distinctions between the artificial and the natural either). It operates by matter, not by substance; by function, not by form...The abstract machine is pure Matter-Function -a diagram independent of the forms and substances, expressions and contents it will distribute.”

Gilles Deleuze and Felix Guattari. A Thousand Plateaus. Op. Cit. Page 141

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 15:16

Horreur

 

Extraire les comportements architecturaux :

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 22:50

En France est récemment apparu un certain type de bâitment dans le centre des villes.Il y eu une période récente avec les monstres qui correspondaient à équipements culturels urbains tels le Centre Greoges Pompidou, le Carré d'Art à Nîmes, l'Opéra de Lyon, Le centre des congrès de Lucerne, qui utilisait l'ombre et une manière dentelière pour effacer leur masse... Aujourd'hui plus petits (Médiathèques, logements, bureaux...), émergent le monolithe dans la suite des monoblocs texturiques... La question est alors l'architecture est-elle un boîte ? Question à laquelle Mies répondait par la négative à Philip Johnson qui croyait pasticher le premier avec sa boîte de verre...

 

Nous donnons deux exemples à Lyon (le Monolithe) et à Toulouse (l'Arche Marengo - Lauqelle est suivie de l'étude de la ZAC post-moderne du même nom par Buffi).Lyon le Monolithe 2

 

Lyon le Monolithe 1

 

Lyon_le_Monolithe_3.jpg

 

Lyon le Monolithe 4

 

Lyon_le_Monolithe_5.jpg

 

Lyon_le_Monolithe_6.jpg

 

L'Arche Marengo

 

[à venir)

 

Le quartier Marengo

 

Toulouse_le_Quartier_Marengo_1.jpg

 

Toulouse_le_Quartier_Marengo_2.jpg

 

Toulouse_le_Quartier_Marengo_3.jpg

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 20:00

Il doit en exister bien d'autres, mais celui si fait de la dentelle mur blanc/trou noir est assez marquant.

 

Le-palais-des-Doges.jpg

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 12:31
[VIDEO] Suite de mon précédent article. Un ami m'a récemment parlé d'une intervention de Jacques Lucan, il se trouve qu'elle est disponible sur internet alors je me permets ici de démonter ce discours théorique (c'est-à-dire hautement dialectique) d'une personne de mettre
Une personne fait une introduction intéressante à cette intervention. Elle est d'autant plus intéressante qu'elle est le contre-pied exact des propos de Lucan. Adopté le point de vue du piéton plutôt que celui avec ses monolithe monochrome et ses enveloppes texturiques pour évoquer ce qui lui semble être (le théoricien parlera toujours de cohérence
Pourtant à mon sens il existe des "monstres" (ce que j'ai évouqés dans d'autres écrits à partir d'un dialogue entre Nouvel et Baudrillard publié aux Editions de la Villette). Comme exemple on pensera au centre Georges Pompidou, au carré d'Art à Nîmes, à l'Opéra de Lyon . Mon propos n'est pas de mettre ici des cuope pour montrer la superposition d'étages tant en hauteur que sous-terre mais je vous invite à faire vos propres rechercher. Ces monstres sont toujours liés à une place avec lequel il dialogue ou non par une façades d'aspect classique ou rentrant dans l'épanelage traditionnel du centre-cile dans lequel il s'implante, ils ulitisent le registre de la structure avec en arrière-plan le volume occpué en ombre, ce qui renforce le côté étrange ou énigmatique du monstre.
Pourtant il existe des bâtiment du type verrière ou coupole, ce qu'évoque Lucan avec le bâtiment de Foster mais que l'on retrouve différemment . On est loin d'une optique individulaiste ou capitalistique qui consiste à créer des pièces ou des cellules . L'espace non compartiment tient dans un volume unitaire ce que l'on retrouve de manière 
Pourtant il existe une architecture organique qui fonctionne sur le mode de la prolifération, l'exemple type étant celui de la Maison de Frank Lloyd Wright à Oak Park. Ce processus d'extension ou de prolifération n'est jamais complet. Dans un registre urbian Thom Mayne de Morphosis souligne combien il est de l'ordre du fragment.
Vient ensuite le texturique qui n'est qu'un mode de non-composition par ceux précédemment cité. La composition consiste à tout faire rentrer dans un carré ou un rectangle. Parti pris de plan et non plus de maquette en mousse pour le texturique ou de coupe pour les monstre (au passage l'un des premier bâtiment  précuseur des monstres de Nouvel est une caserne de pompier à Belfort reconvertie en théâtre dont le parti-pris de coupe est inscrit sur la façade en un pochage diagonal).
L'un des point clé de la conférence est le moment où s'affiche un page du Corbsier il affiche les différents types d'architecture. Le classment se faire suivant quatre points.
-
- subjectif
- organique
- texturique

Enfin j'attire votre attention sur cette phrase de Lucan : "Ces questions-là, si j'ai essayé de les énoncer, par forcément avec facilité, au-delà de ce que j'ai pour parti dit dans mon livre, c'est pour essayer de comprendre ce qui dans l'architecture contemporaine converge vers ces problèmes-l." Pourquoi partant d'une logique de compposition avoir écarter d'un geste théorique de la main tout ce qui fait la richesse de l'architecture et tout ramener à une logique de façade et de vol d'oiseau avec ce qui hante le propos la cinquième façade (thème que je développe par ailleurs, mais présent pour la première fois avec le plan Voisin du Corbusier).

 

Concevoir c’était composer. Et l’on reproduit le même mensonge idéaliste qui vous fait pénétrer par la grande porte de la composition-non-composition. Mais dans cette dialectique c’est un peu comme si vous en restiez à la distinction sapin-non sapin ou mieux encore sapin de noël-sapins non sapins de noël. Je veux dire que la distinction dialectique de l’être et du non-être ne nous mène pas bien loin. Ce qui intéresse Lucan ce sont les problèmes formels (« La théorie c’est une réflexion sur la manière de concevoir un bâtiment, de concevoir un projet. Ce qui n’intéresse le plus c’est sa dimension  formelle. »)  et c’est par là qu’il demeure insuffisant ne saisissant point tous ce qui fait l’élan d’une architecture, son mouvement, bref l’intensité d’une pensée qui comme avec le modernisme catalan fut l’inscription à la fois d’une pensée et d’une architecture, mouvement qui débuta à Reus et qui fit toute la particularité d’une ville comme Barcelone, abîmée de quelques odalisques. Les problèmes qui surgissent toujours avec une solution « spatiale », un agencement d’objets, de fonctions mais surtout de forces et de désirs (percepts et affects). Parfois on se demande pourquoi Lucan est intrigué par les tableaux des peintres comme Kandinsky et Mondrian qui, à la pelle, se nomme composition. « La peinture n’a pas la même réticence que l’architecture ». Peut-être ne saisit-il pas que la composition rentre dans un cadre (d’où l’importance des analyses de Sergio Ferro sur les compositions picturale du Corbusier). La question hautement morale ici est celle de l’ordre, Lucan reproduisant là la dialectique typiquement vingtièmiste de l’ouvert et du fermé : ordre ouvert et ordre fermé. « La pièce s’ouvre », pourtant on est encore dans la composition mais cette fois d’espace (surtout se méfier avec ce sophisme typiquement français et réflexif).

 

 

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 12:40

Architecture organique

Tenants de l'organique

- maniérisme de Vinci qui s'écarte de la perspective classique d'Alberti et Bruneleschi

- contemorain Wright - Calatrava

 

Fournir un cadre où s'épanouir

composition qui n'est aps forcément classique

mise en évidence du miuvement (aussi paraxdoxal que cela puisse paraître) là est la dimension baroque ou maniériste

Au niveau de la pensée le 'organique estaussi appelé vivant

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 15:12

1. En quelques mots, qu’est-ce qu’une maison en verre ?
C’est une maison dont toute les parois sont vitrées. Les façades de verre sont mises en place sur une ossature métallique (acier) qui est en même temps la structure de la maison. Maison en verre = structure en acier + façades de verre.

2. Comment est faite l’ossature d’une maison de ce type ?
Ossature en acier comme expliqué plus haut. Système poteaux et poutres assemblées (boulons) comme un jeu de « mécano ».

3. Quel est l’épaisseur de verre en général ? Est-ce un bon isolant ? Double vitrage 6mm16mm6mm (verre/air/verre). Pas très isolant par nature mais ici verre particulier à faible émissivité, très performant thermiquement.

blog_immobilier__maison_en_verre_2.jpg4. Quelle sensation procure une maison en verre lorsqu’on est à l’intérieur ?
Fabuleux, on vit dehors-dedans , dans la nature , c’est très agréable hiver comme été, on a l’impression d’avoir un espace de vie immense (qui va au-delà de la limite physique – la façade - )puisqu’on profite de l’espace extérieur, le regard se pose loin…

5. Comment gérer la luminosité d’une maison en verre et spécialement la nuit ?
Vous voulez parler de l’intimité ? le soir, nous éclairons à l’extérieur, nous avons de beaux arbres qui nous protègent du regard des voisins…, et éventuellement j’ai de grands rideaux tendus sur câbles que je peux tirer (mais nous ne le faisons jamais). Les pièces « intimes » (salle de bains , cabine-lits, etc…) sont intégrées dans des boîtes ou « blocs techniques » fermées par des cloisons et des portes.

6. En quoi une maison en verre est écologique ? Utilisez-vous un système solaire dans vos verres ?
Le verre est écologique car, par effet de serre, il peut permettre au soleil de nous chauffer en hiver quand celui-ci est à l’horizontal (alors que l’été quand il est vertical, nous sommes protégés par les débords de toit de 2m ) . Notre verre est performant sur le plan thermique (double vitrage à faible émissivité). Mais en théorie le verre entraîne des déperditions thermiques qui ne le rendent pas, très « écologique ».

7.Quels sont les endroits en France préférables pour construire une maison en verre ? Et dans quelle région trouve t-on le plus de maisons en verre ?
On en trouve à LOS ANGELES (maisons américaines des années 50). Il vaut mieux privilégier une région où les hivers sont doux…

8. Pourquoi les maisons en verre ne sont-elles pas plus répandues ?
Est-ce à cause du prix ?

Parce que il faut un terrain qui s’y prête (très arboré par exemple…avec peu de voisins etc…être protégé en somme) et parce que c’est assez « osé » on s’expose au regard des autres…C’est assez extrême comme projet n’est-ce pas?

9. Que faudrait-il pour que ce style de maison soit plus répandu ?
Que les maisons soient conçues par des architectes…

Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 13:14
Qu'est ce que le Hollandisme ?

Le Hollandisme est une vision de l'architecture basée sur un urbanisme de congestion et de densification. Le terme même d'hollandisme vient de la bouche de Rudy Ricciotti (Workshop de la Cités des Sciences de La Villette 2005). Sa forme la plus caricaturale se retrouve chez MVRDV avec une prise en compte de la complexité dess données statistiques plus que la rézlité d'un territoire, c'est typiquement ce que fustige le parnassien et mistralien Ruciotti. La juxtaposition de plus en plus dense d'activité devant faire naître l'intensificaiton de la ville et de la vie. Mais ce qu'il faut bien vooir c'est que si MVRDV, comme apothéose de l'hollandisme, n'est qu'un double caricatural de la pensée omnivore et sophistiquée de Koolhaas, nous avons dans les deux cas affaire à une vie post-coloniale. On ne peut dissocier Koolhaas de l'Indonésie tant pour ses années de jeunesse que pour sa seconde femme (douce héritière d'une banque coloniale hollandaise). La question du manque de place, posée typiquement en Hollande  après la période Hertzberger et projetée de manière générique sur l'ensemble des emplacements urbain dans le monde est l'un des travers les plus aboutis du hollandisme. Dans le domaine de la congestion urbaine par les outils que les Hollandais possèdent à présent, ils ont une longueur d'avance sur pour la mie en place de leur ville générique et appauvrie. Les reflexions des hollandais sont toujours prise dans un manque de territoire, dans un anonymat de laine qui envahira les montagnes. Les solutions qu'ils apportent comme vous le verrez à l'exemple de la vidéo qui suit, sont toujour de juxtaposer des boîtes dans un jeu d'empilement éclectique, parfois recouvert de verdure pour en atténuer l'effet, mais aussi la mise en place coûteuse et dispendieuse pour l'avenir d'Eolienne (énergie 3 fois plus coûteuse que le nucléaire civil). L'Hollandisme est une architecture de container et de digues.
Le hollandisme toutefois n'est en rien l'architecture pseudo-miesvanderrohienne de Koolhaas même si celui-ci s'en rapproche. Quand Koolhaas fait du Hollandsime cela donne l'image suivante, mais du hollandisme nous retiendrons que c'est un accroissement de la densité qui ne touche en rien l'audace raisonnée, on remarquera aussi dans la vidéo qui suit juste après que si Paris est trop étalé pour MVRDV, qu'en est-il alors pour Londres, Barcelone ou Berlin, avec une densité urbaine deux fois moindre, c'est-à-dire presque de campagnard. Ce qui fait de berlin une ville si spécaile c'est que c'état un cul de cul morcellé qui ne s'est pas développé comme toutes les villes Générique, Berlin appartient à l'Heartland, typiqement traversée par un conlfilt, ce qui est la définition même du Heartland (en géoppolitique), mais de ces données les Hollandais n'ont que faire, il faut densifier et paradoaxalement créer la ville générique partout








L'Urbanisme d'empilement, empiler en quatié serait empiler selon une loi matérialiste en intensité (?)
On peut faire une comparaison entre l'architecture Lego de l'argence Dannoise et le Skyvillage de MVRDV, avec toujours ce relent d'écologisme vert et malthusien.



oui ce sont bien des lego voir ici la confirmation. Et non chers MVRDV, ne font pas mieux avec leur Skyvillage.





Ou encore on peut penser à l'Urbanisme Ruban d'autoroute, comme dans la pub d'Areva, ici
lors de l'expo KM3 à Shangaï sur la redifinition de la ville chinoise...





Une autre solution une colonisation erratique du paysage sensé joué du mimétisme des bidonville de Caracas ou de Rio, mais il n'en ait rien par rapport à la richesse d'un territoire.






Barrios de Carracas au Vénézuela

La question est alors : face au hollandisme devons-nous nous faire gaulois ?



Repost 0
Published by Le Cazals - dans StyleTheory
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 14:58
Le paramétrisme comme Style - Le manifeste parametriste
Patrik Schumacher, London 2008 Patrik Schumacher, Londres 2008
Présenté et discuté au Club de Dark Side 1, 11e Biennale d'Architecture, Venise 2008




Nous poursuivons le paradigme de conception paramétrique tout le chemin, pénétrant dans tous les coins de la discipline. La systématique, la variation adaptative, la différenciation continue (plutôt que simple variété), et dynamique, les figurations paramétriques concernent toutes les tâches de la  conception urbaine jusqu'au niveau du détail tectonique, de l'aménagement intérieur et du monde des produits.

L'architecture se trouve elle-même à mi-parcours d'un cycle continu d'adaptation innovantes - réoutillage la discipline et l'adaptation de l'environnement architectural et urbain à l'environnement socio-économique de l'ère post-fordiste. The mass society that was characterized by a single, nearly universal consumption standard has evolved into the heterogenous society of the multitude. La société de masse qui a été caractérisée par l'individu, très proche de la norme universelle de consommation [consuption] a évolué dans la société hétérogène de la multitude [subsumption, c'est la logique que met aussi en avant Schumacher]. Les principales questions que l'architecture  et de l'urbanisme d'avant-garde devraient formuler peuvent se résumer dans le mot d'ordre: organiser et articuler la complexité accrue de la société post-fordiste. La tâche est d'élaborer un répertoire architectural et urbain qui est adapté pour instaurer des champs complexes, urbains polycentriques et architecturaux qui sont densément imbriqués et continûment différenciés.

L'architecture d'avant-garde contemporaine formule la demande d'une augmentation du niveau de complexité articulée au moyen de réoutillage de ses méthodes sur la base de systèmes de conception paramétriques. Le style architectural contemporain qui a atteint l'hégémonie omniprésente au sein de l'architecture d'avant-garde contemporaine peut être mieux compris comme un programme de recherche basé sur le paradigme paramétrique. Nous proposons d'appeler ce style: Parametrisme. Le paramétrisme est le nouveau style grand après le modernisme. Postmodernisme et déconstructivisme ont été des épisodes de transition qui ont amorcé cette nouvelle et grande vague de recherche et l'innovation.

Les styles d'avant-garde pourrait être interprétés et évalués de manière analogue aux nouveaux paradigmes scientifiques, en offrant un nouveau cadre conceptuel et formulant de nouveaux objectifs, méthodes et valeurs. Ainsi, une nouvelle direction pour un travail de recherche concertée est établi (2). Ma thèse est donc: Les styles sont des programmes de recherche en conception. (3). L'innovation dans l'architecture produit via la progression des styles ainsi entendus. Cela implique l'alternance entre des périodes d'avancée cumulatives dans un style et des périodes révolutionnaires de transition entre des styles. Les styles représentent des cycles d'innovation, de réunion des efforts de recherche en conception dans une initiative collective. Une identité à soi est ici autant une condition nécessaire de l'évolution que dans la vie organique. Pour tenir bon sur ces nouveaux principes face aux difficultés est crucial pour s'assurer les chances du succès éventuel. Cette ténacité - très évidente dans l'avant-garde contemporaine - pourrait parfois apparaître comme une obstination dogmatique. Par exemple, l'insistance obstinée à tout résoudre avec une seule surface de pliage - projet après projet, arrachant lentement le plausible à l'invraisemblable - pourrait être comparée à l'insistance newtonienne à tout expliquer, des planètes aux puces à atomes au travers des mêmes principes.
«Théorie de la gravitation de Newton, la théorie de la relativité d'Einstein, la mécanique quantique, le marxisme, le freudisme, sont tous les programmes de recherche, chacun avec un noyau dur caractéristique obstinément défendu, ... chacun avec sa machinerie élaborée pour résoubre les problèmes. Chacun d'eux, à tout stade de son développement, a des problèmes non résolus et des anomalies non digérées. Toutes les théories, en ce sens, naissent réfutées et meurent réfutées. "(4) On peut en dire autant des styles: Chaque style a son noyau dur de principes et sa manière caractéristique d'aborder les problèmes de conception et les tâches. L'architecture d'avant-garde produit des manifestes: expositions paradigmatique du potentiel unique d'un nouveau style, et non pas des bâtiments qui sont équilibrées pour fonctionner à tous égards. Il ne peut y avoir ni vérification, ni la réfutation finale sur la seule base de ses résultats construits (5).
Le programme / style se compose de règles méthodologiques: certains nous disent quelles voies de recherche éviter (heuristiques négatives), et d'autres quels chemins poursuivre (heuristiques positives). Les heuristiques négatives formule des sténoses qui empêchent la reprise des vieux schémas non-compatibles avec le noyau, et les heuristiques positivent offrent des principes directeurs et des techniques privilégiées qui permettent à l'œuvre d'avancer rapidement dans une direction. Les heuristiques qui définissent le paramétrisme se reflètent pleinement dans les tabous et les dogmes de la culture actuelle du design d'avant-garde :
- Les heuristiques négatives : éviter les typologies familières, éviter platoniques/hermétiques objets, éviter les zones-territoires claires et nettes, éviter les répétitions, éviter les lignes droites, éviter les angles droits, éviter les recoins, ..., et le plus important: ne pas ajouter ni soustraire sans des interarticulations élaborées.
- Les heuristiques positives : interarticuler, hybrider, morpher, déterritorialiser, déformer, itérer, utiles des splines, des NURBS et des composants de génération, le scrpit plutôt que le modèle, ...

Le paramétrisme est un style mature. Que le paradigme paramétrique soit devienu omniprésent dans l'architecture contemporaine et le design est évident depuis un certain temps. [...]

à suivre...
Repost 0
Published by texte de Patrik Schumacher, traduction Anthony Molles - dans StyleTheory
commenter cet article

Présentation

  • : L'archi.blog du Cazals
  • L'archi.blog du Cazals
  • : Le blog d'architecture du Cazals
  • Contact

Profil

  • Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals
  • Architecture et urbansisme sous l'angle de l'innovation et de la complexité. Le blog d'architecture d'A. Le Cazals

.

L'archi.blog du Cazals>
accueil oeuvres  |  liste d'archi  |  style theorie  |  urbanisme  |   abonnement

Recherche

Catégories